Vous êtes ici : Club Averroes»General»Le CSA dénonce le manque de diversité à la télévision (21 mars 2013)

Le CSA dénonce le manque de diversité à la télévision (21 mars 2013)

Minorités ethniques, handicapés ou ouvriers sont encore trop peu représentés à la télévision : c’est le constat du quatrième baromètre annuel de la diversité réalisé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), qui compte auditionner prochainement les patrons de chaînes pour obtenir de nouveaux engagements. Par rapport à la précédente étude, réalisée en 2011, “il n’y a aucune révolution, il n’y a que quelques mini vaguelettes, quelques mini évolutions”, a regretté Mémona Hintermann, présidente du groupe de travail sur la diversité au CSA, lors d’une conférence de presse Jeudi 21 mars.

Etabli en observant les programmes pendant deux semaines, du 3 au 16 septembre 2012, sur 16 chaînes gratuites et Canal+, ce baromètre examine trois thèmes : l’origine ethnique perçue, les catégories socio-professionnelles et le handicap.

C’est principalement concernant la diversité des origines que “les résultats ne sont pas satisfaisants du tout”, a indiqué Mme Hintermann. Seules 12% de personnes perçues comme “non blanches” sont présentes à l’écran, soit 3 points de moins qu’en 2011. “Il y a quelque chose à changer dans notre système mental”, a-t-elle martelé, soulignant que “derrière ça, il est question d’intégration”.

“Il y a un lien très fort entre la conscience de la diversité et le refus de la discrimination”, a renchéri le président du CSA, Olivier Schrameck. “Nous pensons tous au sein de notre institution que les médias audiovisuels et tout particulièrement la télévision ont un rôle essentiel” à jouer, parce qu’ils “sont une forme de miroir qui nous représente”, a-t-il ajouté.

Selon le baromètre, la représentation du handicap, en revanche, “s’est un petit peu arrangée”, a indiqué Mme Hintermann, expliquant que ce “petit frémissement” avait été rendu possible par la diffusion des Jeux paralympiques lors de l’une des deux semaines d’examen. Mais “on part de très bas”, a-t-elle ajouté. Le handicap reste le parent pauvre, avec seulement 0,8% de représentation dans les programmes, contre 0,6% en 2011.

Les résultats sont également peu satisfaisants concernant la diversité socio-professionnelle : les CSP+ (cadres, chefs d’entreprises, professions intellectuelles supérieures…) restent très largement les plus présents à la télévision. Ils sont 75% des personnes représentées, contre 81% en 2011.

Face à ces différents constats, le Conseil a décidé de lancer un “plan d’action”, qui passera notamment par des auditions des responsables des chaînes et des radios en mars et avril, “pour obtenir enfin des engagements fermes”, a souligné Mme Hintermann. Le CSA souhaite ainsi obtenir des initiatives complémentaires ciblées et chiffrées.

Le Conseil souhaite aussi multiplier les rapprochements avec d’autres administrations et les ministères concernés pour envisager études ou actions communes. Pour la première fois cette année, le CSA analysera la représentation de la diversité hommes/femmes à l’écran dans une étude séparée. Mais “les premiers résultats, je peux d’ores et déjà vous le dire, ne sont pas bons. Cela ne s’améliore pas”, a dit la présidente du groupe de travail sur les droits des femmes au CSA, Sylvie Pierre-Brossolette.

Des études sont régulièrement réalisées sur la diversité dans les médias, avec généralement un constat peu encourageant. Dernière en date, celle du comité permanent de la diversité à France Télévisions, rendue en octobre, avait souligné des évolutions “insuffisantes” du groupe de télévision publique.

Documents à télécharger :

- Les résultats de la vague 2012 du baromètre de la diversité à la télévision
- Rappel sur l’historique et la méthodologie
- Le plan d’action 2013 du groupe de travail Diversité du CSA